« Le moment pour créer, c’est lorsqu’on est convaincu »

Même s’il est né à Saint-Junien, pays reconnu pour ses entreprises de ganterie et de maroquinerie, Thierry Cantin n’a pas grandi dans une mégisserie. L’univers du cuir ne faisait pas partie de son ADN, comme certaines grandes familles de Haute-Vienne en Limousin. Mais aujourd’hui, le travail du cuir lui est devenu une seconde peau…

Après un diplôme à l’IAE de Paris (Institut d’Administration des Entreprises), il fait ses premiers pas dans la vie professionnelle à 26 ans et est rapidement promu directeur d’une société d’expertises spécialisée dans le domaine de l’assurance en région parisienne. Une « aventure formidable »,  qu’il décide de quitter après deux décennies, ne s’y reconnaissant plus.

IDMC-Thierry Cantin 
Non sur un coup de tête, car l’homme est réfléchi mais sur un coup au cœur avec l’envie de revenir à des relations humaines plus saines. En 2008, il commence à « tâtonner », à tester et faire de premiers repérages avec la Chambre de commerce et d’industrie de Limoges. Ayant des attaches familiales dans le département, il souhaite reprendre une entreprise déjà implantée en Haute-Vienne. Comme il ne trouve pas ce qu’il cherche, il choisit de créer son atelier de maroquinerie en juillet 2011. IDMC, dont le nom fait référence aux prénoms de ses parents (Ida et Michel), est créée avec comme objectif de devenir une société de sous-traitance de l’univers du luxe et de la maroquinerie. « Nous avons un bureau d’étude pour concevoir des pièces à partir de quelques coups de crayon et un responsable méthode pour les ‘‘traduire’’ », explique le président d’IDMC. « Notre équipement technique nous permet de réaliser la coupe, la refente, le parage, le filetage, le ponçage, le piquage, la coloration, le marquage, la pose d’accessoires, de fermoirs, rivets et d’œillets. Notre savoir-faire en matière de travaux de piqûre à la machine ou à la main nous permet d’assembler des sacs à main et de la petite maroquinerie comme des portefeuilles et des portemonnaies. » L’entreprise propose du gainage en cuir sur différents types de supports, comme la porcelaine (vases, vide poches, cendriers, pots à bougie, boites à bijoux ou des objets plus importants…), le bois (miroirs, cadres photos, tapis de jeu, écrins, boitiers, fourreaux, socles, coffrets, tableaux...) et le mobilier.

Alors qu’il cherchait à accroître son activité, Thierry Cantin a obtenu l’aide de SNCF Développement. « La CCI m’a mis en contact avec cette structure que je ne connaissais pas. Ils ont instruit un dossier comme fonds d’investissement local en mars 2013. Deux mois plus tard, le premier comité de SNCF Développement a eu lieu et le Conseil d’administration a donné son aval pour la somme de 250.000€. L’un des critères était de créer de l’emploi », commente Thierry Cantin.

Et de continuer : « Nous sommes actuellement une soixantaine de salariés, en grande majorité de Limoges. C’est une industrie de main d’œuvre mais quand les ‘‘filles’’ entrent en ateliers, elles sont rarement au point. Beaucoup n’avaient jamais touché une aiguille mais j’ai fait appel à l’AFPA pour leur formation. Mon but est que nous soyons 300 personnes. Dès le début de 2014, nous allons déménager car notre bâtiment actuel de 528m² est trop petit, il nous faudrait une surface de 2.500 à 3.000m² ».

Seul aux commandes, le quadragénaire souhaiterait mettre en place une équipe de cadres pour pouvoir déléguer, manquant de temps pour profiter de la région et de ses passions comme l’histoire et la Seconde Guerre mondiale.

Pourtant, malgré les difficultés, il n’a pas de regret. « Le moment pour créer, c’est lorsqu’on est convaincu. Bien sûr il y a la crise, mais finalement, pourquoi ne serait-il pas possible de créer quand le contexte est mauvais ? Certains vous diront que ce n’est jamais la bonne période », s’interroge-t-il, avant de conclure sur un grand sourire : « Auparavant, je venais en Limousin le week-end et je vivais en région parisienne. Aujourd’hui, je vais à Paris deux jours par semaine car tous nos clients y sont. Je vis entièrement la vie que j’avais imaginée ».

ENTREPRENEUR_MARGE_PANTONE

IDMC Manufacture 17, rue Nicolas Appert, ZI Nord, 87280 Limoges.

Tel : 05 44 19 16 60 // www.idmc-manufacture.fr