Mardi 3 juillet, Génération French Tech initiait son cycle de rencontres thématiques avec pour première thématique l’engagement des collaborateurs.

L’engagement des collaborateurs, toutes les entreprises en parlent, mais concrètement qui fait quoi ? Et dans quelle direction ? Car pour agir efficacement en faveur du bien-être de ses salariés, encore faut-il savoir décrypter les attentes de ceux-ci. Et du côté des outils ? Succédant aux célèbres babyfoots et tables de ping-pong érigés il y a quelques années en emblèmes de l’esprit startup, la gamification a désormais le vent en poupe.

L’équipe de Génération French Tech a à cœur de nourrir le débat d’idées sur les enjeux sur la nature du monde du travail aujourd’hui : un univers riche, souvent difficile à saisir dans sa complexité, mais surtout en perpétuelle évolution. Pour tenter d’y voir plus clair sur les tenants et aboutissants de l’engagement des collaborateurs, nous avons proposé à 4 experts du sujet de partager leur expérience :

Que retenir des échanges ? Nous avons sélectionné pour vous 3 enjeux-clés.

1. Relâcher la pression

Stéphane Bourbier pose comme préalable à l’engagement l’arrêt de toute injonction au bien-être, dénonçant une tendance actuelle qui met une pression quotidienne sur le collaborateur. Il plaide à l’inverse pour le droit au bien-être au travail. Un constat partagé par Pascal N’Diaye, qui plus largement dit « stop à la fixation permanente d’objectifs », et surtout « stop aux injonctions d’innover ». Bref, retrouver de la simplicité dans le quotidien, ouvrir l’horizon en acceptant de ne pas avoir de cap fixé. « À la direction innovation de GRDF, poursuit Pascal N’Diaye, nous avons mis a disposition des collaborateurs des outils pour expérimenter : des fablabs (rebaptisés gazlabs) et une équipe de développeurs web pour accompagner leurs projets. Les résultats ont été immédiats. »

génération french tech engagement collaborateurs

2. Repenser le rôle du management

Pour Yohan Ruso, le fonctionnement des organisations est grippé : le management n’arrive plus à jouer son rôle de guide, ni à penser la transformation, que, du coup, il subit. Même constat pour Lara Pawlicz : « Les managers ne savent plus très bien quelle est leur mission. En matière d’engagement des collaborateurs, les entreprises ont pourtant l’impression d’en faire déjà beaucoup. Mais elles appliquent le « spray and pray » : diffuser à tout va des bonnes pratiques, et espérer qu’elles auront un effet positif et durable. Or sans implication, il ne peut y avoir de changement. » Et au final, c’est le manager qui en pâtit. Stéphane Bourbier révèle ainsi que parmi les indicateurs sur lesquels les collaborateurs se prononcent dans l’application OurCompany, l’exemplarité du manager récolte le plus mauvais score. Alors que faire ? Revenir au collaborateur en tant qu’individu, et s’appuyer sur sa dimension humaine.

génération french tech engagement collaborateurs

3. Mettre l’humain au cœur

Pour Stéphane Bourbier, c’est une évidence : « Le collaborateur est le mieux placé pour savoir ce qui définit son bien-être au travail. Il faut donner à chacun les moyens d’agir, sans attendre que tout vienne d’en haut. » Et de rappeler que « dans de nombreuses situations, la seule interaction entre salariés permet déjà de résoudre les problèmes, notamment ceux du quotidien ». Pascal N’Diaye confirme, pour l’avoir accompagnée dans sa propre direction, que la co-construction donne des résultats remarquables. Pour Yohan Ruso, c’est ici que le management a un rôle-clé à jouer  : « Il faut amener les salariés à identifier leurs forces et leur permettre de les améliorer, plutôt que de vouloir combler leurs faiblesses. »

génération french tech engagement collaborateurs

En quelques mots

Tous les intervenants s’accordent sur un point : la perte de sens est un facteur majeur de désengagement, peut-être même le principal. Mais les solutions sont à la portée de tous, si chacun comprend quel peut être son rôle, individuel et collectif. » À condition d’accepter que les choses changent à leur rythme : « Dans un grand groupe, l’engagement dans la durée nécessite deux facteurs : la reconnaissance par la hiérarchie, et la capacité à se satisfaire de petites victoires« , conclut Pascal N’Diaye.


Nos invités

2Spark est la seule plateforme intelligente qui engage chacun de vos collaborateurs dans les transformations profondes de votre organisation. En une minute par jour. Tous les jours.

Praditus est une plateforme RH accessible, bienveillante et 360° pour le développement des carrières, alimentée par l’intelligence artificielle.

OurCompany est une application de mesure du bien-être au travail et d’expression au sein de l’entreprise.

GRDF est le principal gestionnaire de réseau de distribution de gaz naturel en France.

Retrouvez notre sélection de startups remarquables en matière d’engagement des collaborateurs page 76 du guide Génération French Tech.

TÉLÉCHARGER