En période de reconversion professionnelle, Bertrand Laurentin décide d’en savoir plus sur les abeilles, sujet qui l’a toujours beaucoup intéressé. Il rejoint alors le Ceta (Centre d’études techniques apicoles du Centre Loiret et Gâtinais), une association d’apiculteurs, où il acquiert des connaissances pratiques et techniques sur le sujet. C’est par la suite que Bertrand a l’idée de développer une ruche connectée. Il prend alors contact avec le FabLab d’Orléans pour élaborer son projet, d’abord en open-source, puis en système propriétaire. L’entreprise, Label Abeille, est créée depuis le 1e juin 2015.

Label Abeille : quand les ruches connectées font du bien à la planète tout en créant de l’emploi

Ruche connectée Label Abeille« Les abeilles sont responsables de 80% de la pollinisation, et à l’origine de plus du tiers de ce que l’on consomme, explique Bertrand Laurentin, PDG de Label Abeille. Lutter contre leur disparition, c’est se positionner dans une démarche à la fois environnementale et écologique, mais aussi dans une logique sociétale et économique »

Le principe est simple : Label Abeille – après audit du site pour les entreprises et collectivités – fournit des ruches connectées, équipées de capteurs. Très sophistiqués, ils permettent l’analyse d’une multitude de données (santé des abeilles, productivité, température, humidité, géolocalisation, attaque de prédateurs…) en temps réel. Le tout accessible depuis une plateforme web « responsive design » (adaptée aux tablettes et smartphones) unique et collaborative.

 

Double originalité de la start-up : la promesse de création d’emplois

Label_Abeile_CarrouselL’entretien et la surveillance des ruches sont assurés par des demandeurs d’emploi initiés à l’apiculture après une formation agréée sur trois semaines. Ils se déplacent sur site, dans le département, voire la région Centre Val de Loire, périmètre de développement actuel de Label Abeille.

Bertrand Laurentin a d’ores et déjà participé à des concours, notamment i-LAB, le concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes, grâce auquel il a remporté 45 000 € de subventions. L’entrepreneur a également pu rencontrer SNCF Développement via le Concours de la Startup de l’Année organisé par BonjourIdée.